DZCallingLite
Quelques analyses récentes de la situation en Algérie publiées dans les media algériens.
Quelques analyses récentes de la situation en Algérie publiées dans les media algériens.

Ghania Mouffok Journaliste
Algérie - Peuple de qualité recherche élites à sa hauteur pour sortir de ce cirque infernal Maghreb Emergent http://www.maghrebemergent.com/contributions/opinions/item/35276-algerie-peuple-de-qualite-recherche-elites-a-sa-hauteur-pour-sortir-de-ce-cirque-infernal.html

Ali-Yahia Abdenour
Il faut changer de système politique et de pouvoir pour changer l’Algérie - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ez8FC8

Haider Bendrihem. Ancien député
L’Algérie mérite bien mieux que son sort actuel - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezaXB9

Smaïl Goumeziane
Présidentielle : Inquiétudes et espoir - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezbnay

Toufik Alilat, Mourad Ouchichi, Kader Sadji, Khaled Zirem
Soyons acteurs de notre histoire - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezbKC9

Lahouari Addi La crise du système politique en Algérie. DZactiviste.INFO http://feedly.com/k/1ezcrLP

[Vidéo LCP-TV] Présidentielle en Algérie : qui dirige le pays ? – DZactiviste.INFO

Analyses récentes de la situation en Algérie
Quelques analyses récentes de la situation en Algérie publiées dans les media algériens.

Ghania Mouffok Journaliste
Algérie - Peuple de qualité recherche élites à sa hauteur pour sortir de ce cirque infernal

Ali-Yahia Abdenour
Il faut changer de système politique et de pouvoir pour changer l’Algérie - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ez8FC8

Haider Bendrihem. Ancien député
L’Algérie mérite bien mieux que son sort actuel - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezaXB9

Smaïl Goumeziane
Présidentielle : Inquiétudes et espoir - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezbnay

Toufik Alilat, Mourad Ouchichi, Kader Sadji, Khaled Zirem
Soyons acteurs de notre histoire - Contributions - El Watan http://feedly.com/k/1ezbKC9

Lahouari Addi La crise du système politique en Algérie. DZactiviste.INFO http://feedly.com/k/1ezcrLP

Les pochettes d’albums d’artistes algériens des années 50 à nos jours

nprmusic:

Happy birthday, Muddy Waters! The legendary Chicago blues guitarist would have been 99 years-old. Hear the story behind “I’m Your Hoochie-Coochie Man” and when Muddy realized that “whitey’s picking up on the things that I’m doing.”
Photo: Keystone/Getty Images

nprmusic:

Happy birthday, Muddy Waters! The legendary Chicago blues guitarist would have been 99 years-old. Hear the story behind “I’m Your Hoochie-Coochie Man” and when Muddy realized that “whitey’s picking up on the things that I’m doing.”

Photo: Keystone/Getty Images

Chanson de stade en Algerie

Les paroles de la chanson entendue en partie sur cette video: http://youtu.be/fI2u-VFgJHc

Projet metro men wa9t jedi lah yarahmou…… matou wladou mazal ma ban had l metro l president mazal makhrej had l metro …
dzayer bagra rahoum fiha ga3 yahalbou hdjarna l 9oraan teba3na 9anoun l insan…

savalentin ou reveillon ta3 l koufar ou les soiree hadi valence hadi paris ….

ou zawali wa9tach yaskoun rahou kari ou la routine rana 3aychinha pèriodat…. période ta3 3id periode ta3 vote periode boumbat ou f l algerie yakridiw l marouti … jabou riba samawha facilité ou sonatrach rahoum hakminha la mafia…..

savalentin ou reveillon ta3 l koufar ou les soiree hadi valence hadi paris ….

ba3ou l petrole ma ban walou fel maliya l president za3ma rah ghowaliya …. raw fi Doubai¯ ltema badal l jinsiya habsou l irhab w m3ahoum kanou metfahmin….

ouyahya jab siyasat banou israil ou m3a dogol siyasat l ard l mahrou9a ….m3a l 3amari siyasat l ard l masro9a zid l parure ou matahkich 3al karoussa …

had chorot li ray tetleb fihoum la3rossa aya les rouge 9olnahalkoum ou man3awdouch … l yed fel yed li ykhalat fina manhalbouch ou l harachi rahou y9ol 3liya

La menace djihadiste en Libye Par : Arslan Chikhaoui (*)

Liberte Algerie: Samedi 10 Septembre 2011

http://goo.gl/T2RZL

Le terrorisme fera de ce pays une véritable base arrière La menace djihadiste en Libye Par  : Arslan Chikhaoui (*)
Lu : (5326 fois)

Al-Qaïda (AQ) a un intérêt stratégique en Libye qui remonte au début des années 1990. Ayman Al-Zawahiri, principal stratège d’AQ et aujourd’hui son leader, voit la création d’une aile active d’AQ en Libye comme un objectif régional clé. Il ne considère pas la Libye comme une fin en soi, mais comme un endroit sûr à partir duquel AQ peut se propager en Algérie voisine, en Egypte et dans les Etats sahélo-sahéliens. Zawahiri considère, particulièrement, la Libye comme une base arrière potentielle de l’Egypte, considérée elle-même comme la clé du monde arabe.

Durant les années 1990 et début des années 2000, Zawahiri a essayé de persuader le Groupe Islamique Combattant Libyen (GICL) de s’allier officiellement à AQ pour le lancement d’une guerre plus vaste contre l’Occident. Le GICL avait rejeté cette offre et a souhaité se concentrer uniquement sur la création d’un “Etat islamique” en Libye. Ce refus a poussé Zawahiri à tenter de saper la réconciliation, alors en cours, entre le GICL et le régime libyen. Il a, alors, promu Abu Yahya Al-Libi, ancien membre du GICL, à un poste important au sein d’AQ et a cherché à présenter cela comme une alliance formelle du GICL à AQ dans une tentative de saper les négociations du GICL avec le régime libyen.
Après l’échec des tentatives d’AQ de coopter le GICL, elle a été incapable d’établir une présence réelle en Libye en raison, en grande partie, des mécanismes de répression du régime de Kadhafi et n’a donc pas pu avoir des agents actifs en Libye. Pour surmonter ce déficit, AQ a publié ces derniers mois un certain nombre de déclarations sur les événements en Libye afin d’inspirer directement les Libyens à créer leur propre version locale d’AQ, comme par exemple la déclaration du 16 Février publiée par cheikh Atiyyatullah, un membre libyen d’AQ depuis 1989, basé dans la région de l’Afghanistan-Pakistan par laquelle il laisse entendre que les dernières révoltes dans les pays de l’Afrique du Nord sont l’œuvre d’AQ. Dans cette déclaration, il a également salué les révoltes et les a qualifiées de “tournant décisif dans l’histoire de la région” et a dénoncé les anciens gouvernements en les fustigeant de Taghut (tyran) et décrivant Kadhafi comme “ce mal taghut fou”.
Il est très fort probable que le nouveau leader d’AQ, Al Zawahiri, continue à tenter d’utiliser l’intervention de la communauté internationale en Libye pour inspirer la création d’une branche autochtone libyenne d’AQ. D’ailleurs, AQ a essayé, particulièrement, de présenter le Conseil National de Transition de Benghazi et les frappes aériennes de la coalition internationale comme faisant partie d’un complot occidental contre l’Islam, tout en continuant à qualifier Kadhafi de tyran anti-islamique. AQ tentera de se positionner comme le seul choix viable pour les Libyens qui s’opposent à la dictature de Kadhafi, mais qui refusent l’occupation occidentale de la Libye.
Par conséquent, la Libye est importante pour AQ d’Al-Zawahiri à double titre : comme outil de recrutement et comme opportunité à mettre en place une nouvelle base régionale.

Al-Qaïda au Maghreb  Islamique (AQMI)
Face à l’échec de Zawahiri, alors n°2 d’AQ, d’allier le GICL à AQ et l’incapacité de cette dernière à opérer directement en Libye, elle considère Aqmi comme sa franchise régionale. Cette dernière, bien que dirigée par l’Algérie au départ et témoigne de ses origines autochtones dans les groupes djihadistes algériens, a progressivement inclus des Libyens : environ 40 Libyens ont rejoint Aqmi durant les trois dernières années.
Bien qu’Aqmi ait un degré d’indépendance par rapport à AQ Centrale, elle ne pouvait fonctionner en Libye sans l’autorisation expresse de Zawahiri, qui l’a convaincu que le régime de Kadhafi était si fort que toutes les opérations seraient vaines jusqu’à ce que le régime ait montré des signes d’affaiblissement. La décision de se désengager de la Libye et le retrait de l’Algérie ont poussé Aqmi à se replier dans la région du Sahel pour s’y regrouper et attendre le moment propice pour revenir en Algérie et en Libye. Cette démarche a conduit Aqmi à se baser dans les régions du nord du Niger et du Mali où elle s’est intégrée profondément au sein de la société locale.
Tirant profit des erreurs des précédents djihadistes, en Irak, au Kurdistan, en Afghanistan et ailleurs, Aqmi a consacré beaucoup d’efforts dans le maintien des bonnes relations avec la population locale et n’a pas cherché à contester les pratiques islamiques locales et a également créé de solides alliances avec les tribus locales par des mariages et s’est surtout abstenu de viser les forces de sécurité nationales afin de ne pas provoquer une contre-réaction locale. Elle a réussi à devenir financièrement indépendante en s’impliquant dans le trafic de drogue et la contrebande d’armes, et l’enlèvement d’Occidentaux et les rançonnements.
Après les soulèvements du “printemps arabe”, Aqmi a décidé qu’il était temps de fonctionner à nouveau en Libye, où le régime est devenu plus affaibli. C’est pourquoi, au début de janvier dernier, Aqmi a commencé à se déplacer activement en Libye. D’ailleurs à ce moment, deux membres libyens d’AQMI ont quitté leurs bases dans le nord du Mali et sont entrés en Libye via le sud de l’Algérie. Arrivés le 15 janvier à Ghat, ville déserte à l’extrême sud-ouest de la Libye, ils ont été impliqués dans une fusillade avec les forces locales de sécurité libyennes tuant un policier avant d’être eux-mêmes tués. Il s’agit là de la première opération armée connue d’Aqmi en Libye.
A la suite du soulèvement contre Kadhafi, AQMI a encore intensifié ses tentatives de se déplacer activement en Libye et utilise pour cela des vidéos de propagande, comme par exemple l’envoi de quatre jeeps chargées d’armes en Libye ou bien la déclaration vidéo de cheikh Abu Moussab Abdel Wadoud, le chef d’Aqmi, saluant chaleureusement les rebelles libyens, critiquant et traitant Kadhafi de “pharaon de la Libye” et dénonçant l’intervention étrangère, la qualifiant de “croisades modernes”.
Il est quasi certain qu’Aqmi continue à considérer l’instabilité en Libye comme une opportunité pour faire passer ses agents dans le pays. Elle considère aussi que les frappes aériennes et les actions de Kadhafi contre les civils libyens sont une chance pour se positionner comme une alternative viable pour offrir sa propre vision d’un “Etat islamique”, comme alternative à la fois au régime de Kadhafi et à la tendance démocratique de l’Ouest proposée par le Conseil National de Transition de Benghazi. La confusion actuelle en Libye signifie qu’il est difficile d’évaluer le succès de ces tentatives d’entrer en Libye et de dire quelle pourrait être réellement la stratégie globale d’Aqmi dans le pays.

Le Groupe Islamique  Combattant Libyen (GICL)
Au milieu des années 1990, le GICL a été l’une des plus grandes organisations djihadistes arabes connues et la plus organisée. Elle comptait plus de 1000 membres actifs, des camps d’entraînement en Afghanistan et un réseau complexe de partisans et des collecteurs de fonds en Libye, au Moyen-Orient et en Europe. Contrairement à AQ, le GICL a largement rejeté le concept du djihad mondial et s’est principalement concentré sur comment renverser Kadhafi et créer un “Etat islamique” en Libye. Au début des années 2000, le mouvement a largement été écrasé, ce qui a conduit sa direction, pour la plupart emprisonnés, à entamer à partir de 2007 un processus de réconciliation avec le régime libyen. Avec la promesse du régime libyen d’aller vers une transition graduelle et vers la démocratie, le GICL avait renoncé à la violence et à l’idée de renverser le gouvernement libyen et avait promis de participer à la politique à travers des processus pacifiques. Le régime libyen a alors libéré plus de 700 membres présumés du GICL. En réalité, seuls quelques centaines d’entre eux étaient membres du GICL, beaucoup d’autres n’étaient que des islamistes ordinaires ou des Libyens qui avaient cherché à rejoindre le djihad en Irak. Avec le processus de réconciliation, le GICL s’est effectivement dissous mi-2009. C’est sur cette base que Kadhafi cherche aujourd’hui une alliance avec les djihadistes libyens.
Cependant, même si officiellement le GICL n’existe plus en tant qu’organisation, certains de ses membres ont profité du chaos de ces derniers mois en Libye pour former une nouvelle organisation politique, “Al Haraka Al Islamiya Lil Taghier” (Mouvement islamique pour le changement), dont le porte-parole est un ancien membre du GICL basé à Londres. Celui-ci a exprimé sur la chaîne de TV Al-Jazeera son soutien à une intervention internationale pour éliminer Kadhafi, et selon certaines informations il aurait des opinions favorables à l’égard de Mohammed Abdul Jalil, le chef du Conseil National de Transition à Benghazi.
Par ailleurs, et selon certains renseignements, il existe l’implication active d’anciens membres du GICL dans la lutte contre Kadhafi. L’un des vétérans, Khalid Al-Tagdi, a même été tué le 2 mars 2011 à Brega, d’autres membres auraient été capturés par les forces de Kadhafi en combattant pour l’opposition. Cependant, et selon ma lecture, même s’il existe un risque que certains membres du GICL vont recourir à la violence pour renverser le régime de Kadhafi dans l’espoir d’établir un gouvernement islamiste, il est peu probable que cela prenne la forme de militantisme antioccidental.
La grande majorité des membres de l’ex-GICL sont en faveur du Conseil National de Transition de Benghazi. Ceci dit, ce n’est pas impossible que la poursuite des violences en Libye et les frappes aériennes que mène la communauté internationale puissent conduire certains membres du GICL à agir individuellement et à adopter de nouveau certains aspects d’un islamisme extrémiste ou de l’idéologie djihadiste mondiale, et particulièrement s’ils sont délibérément courtisés par des membres d’AQ et d’Aqmi. De nombreux membres du GICL ont été très bien formés aux techniques de militants djihadistes, y compris la fabrication de bombes, la guérilla, la contre-surveillance, les assassinats, les embuscades, etc., et seraient un atout pour n’importe quel côté auquel ils se joindront.

Les djihadistes  indépendants
La Libye a, en plus des groupes djihadistes organisés, produit un grand nombre de salafistes djihadistes indépendants qui ont adopté la violence islamiste, indépendamment de toute organisation formelle. La ville de Darna, à l’est de la Libye, actuellement entre les mains de l’opposition, est connue pour être un centre du djihadisme spontané. Le GICL avait trouvé, début des années 1990, les gens de Darna exceptionnellement réceptifs à la propagande djihadiste et y avait recruté beaucoup plus de personnes qu’en n’importe quelle autre ville en Libye. Il est difficile d’expliquer ce fait alors que Darna est une ville relativement prospère et considérée comme l’une des moins conservatrices. Entre 2003 et 2010, de nombreux Libyens se sont engagés dans le djihad en Irak et en Afghanistan. A leur retour, plusieurs centaines ont été arrêtées par les services de sécurité libyens. Presque tous ont été relâchés plus tard à la condition d’accepter les principes fondamentaux de l’initiative de réconciliation GICL et rejeter l’utilisation de la violence contre le régime de Kadhafi. Cependant, nul ne sait combien de ces anciens combattants du djihad en Irak sont rentrés en Libye sans être repris par les autorités libyennes.
Il y a lieu de faire la différence entre certaines de ces personnes qui ont seulement voulu aider la résistance irakienne contre l’occupation étrangère sans menace particulière de l’Occident, et d’autres, par contre, qui ont souscrit à une idéologie islamiste plus globaliste et agressive. Ces personnes sont, justement, l’un des principaux facteurs inconnus dans le conflit actuel. Il est difficile, toutefois, de savoir s’ils poursuivent un programme explicitement islamiste ou s’ils expriment, comme beaucoup d’autres Libyens, simplement leur colère contre le régime de Kadhafi.
De mon point de vue, la communauté internationale doit rester attentive à la menace d’activités djihadistes en Libye pour deux raisons :
- L’intervention militaire internationale en Libye donne aux groupes comme AQ de nouvelles possibilités de se présenter comme le défenseur des musulmans contre l’agression occidentale.
- La ventilation dans le contrôle du gouvernement libyen sur une grande partie de la Libye, combinée à la poursuite des combats dans de nombreuses régions du pays, donne aux djihadistes et islamistes extrémistes une plus grande étendued’opérer en Libye.

Les menaces et défis se résument comme suit :
- AQ et Aqmi font des événements en Libye le centre de leur propagande. AQ cherche à présenter les soulèvements en Afrique du Nord comme une confirmation de l’opposition d’AQ à ces régimes établis de longue date, tout en décrivant l’intervention militaire internationale comme une croisade contre l’islam et les musulmans. La communauté internationale doit donc continuer à souligner que son objectif est de protéger les civils libyens tout en faisant son possible pour minimiser les pertes civiles à partir de ses propres actions militaires.
- AQ et Aqmi ont des ambitions dans l’établissement soit d’un “Etat islamique” ou une sorte de base opérationnelle en Libye et pensent que la situation actuelle offre de nombreuses possibilités pour cela, même s’il y a peu de preuves d’un soutien important des Libyens à l’idéologie d’AQ ou à l’idée d’un “Etat islamique”.
- Le risque pour la sécurité à très court terme à l’ouest de la Libye vient probablement des djihadistes indépendants, d’une revitalisation d’Aqmi, ou de la re-radicalisation des militants libérés.
- La quantité d’armes devenues disponibles en Libye constitue une sérieuse préoccupation. Ces armes peuvent être utilisées en Libye contre, par exemple, les politiciens pro-occidentaux, ou introduites en contrebande dans les pays voisins comme l’Algérie ou même en Europe. Elles peuvent aussi servir à déstabiliser tout futur gouvernement démocratique en Libye. Cette situation ressemble à certains degrés à celle de l’Irak en 2003.
- AQ et Aqmi cherchent à présenter le régime de Kadhafi et le Conseil National de Transition de Benghazi comme insuffisamment islamiques. AQ tente de décrire le gouvernement de transition de Benghazi comme instrument de l’Ouest.
- AQ pourrait avoir une vision à long terme et choisir d’utiliser l’instabilité actuelle au sein de la Libye et travailler à saper l’avenir des gouvernements démocratiques en Libye.

A. C.

* Expert en stratégie et membre du Conseil d’experts du World Economic Forum sur le terrorisme, du Forum Défense et Sécurité de Londres et du NSA Center for Stategic Studies de Washington